Revue de presse

Plusieurs articles sur Vie du poème ont récemment été publiés en ligne :

.

.

Merci à leurs autrices et auteurs !

Vie du poème (parution)

Aujourd’hui paraît Vie du poème.

C’est à la fois un récit autobiographique, un essai sur le poème en général et la description de la manière dont je m’y prends.

Ça parle de carnets, de formes, de projets, de crises, de traduction et de critique, de cérémonies. Ça se passe à Nantes, Paris, Tokyo, Shanghai, Singapour, Londres et Genève.

J’ai mis dedans tout ce que j’ai compris du schmilblick.

4ème de couverture :

Le poème respire. Il bouge. Tout en se nourrissant de la vie de son auteur, il a son existence propre. C’est un petit être sauvage – mais où naît-il ? Qu’est-ce qui le fait grandir ? Pourquoi traverse-t-il une crise violente ? Comment le rencontrer, se laisser féconder par lui ? Va-t-il mourir un jour ?

En racontant la vie du poème, Pierre Vinclair offre à lire, comme par la bande, celle d’un écrivain occupé depuis plus de vingt ans par la composition poétique, à Paris, puis au Japon, en Chine, à Singapour, en Angleterre et aujourd’hui à Genève. À mi-chemin d’une autobiographie (pudique, amusée, mais résolument engagée) et d’une « lettre à un jeune poète », Vie du poème propose une extraordinaire visite de son atelier.

Vie du poème, Genève, Labor&Fides, 192 p., 17 euros.

.

.

.

Parution le 25 août

[4ème de couverture]

Le poème respire. Il bouge. Tout en se nourrissant de la vie de son auteur, il a son existence propre. C’est un petit être sauvage – mais où naît-il ? Qu’est-ce qui le fait grandir ? Pourquoi traverse-t-il une crise violente ? Comment le rencontrer, se laisser féconder par lui ? Va-t-il mourir un jour ?

En racontant la vie du poème, Pierre Vinclair offre à lire, comme par la bande, celle d’un écrivain occupé depuis plus de vingt ans par la composition poétique, à Paris, puis au Japon, en Chine, à Singapour, en Angleterre et aujourd’hui à Genève. À mi-chemin d’une autobiographie (pudique, amusée, mais résolument engagée) et d’une « lettre à un jeune poète », Vie du poème propose une extraordinaire visite de son atelier

.

.

.

.

Parution – Catastrophes papier 3

Après pas mal de travail, CATASTROPHES 3, sobrement sous-titré « poésie pour le début et la fin des mondes », vient de paraître.

Il comprend des textes / articles critiques / traductions de : Laurent Albarracin,
Philippe Annocque,
Wendy Chen,
Guillaume Condello,
Guillaume Contré,
François Coudray,
Rodrigo Dela Peña Jr.,
Frederic Dumond,
Frédéric Forte,
Sabine Huynh,
Rodger Kamenetz,
Osvaldo Lamborghini,
Yann Miralles,
Geoffrey Pauly,
Eric Pessan,
Jean-Claude Pinson,
Denise Riley,
Cécile Riou,
et Pierre Vinclair.

Ouvrage publié avec le soutien du CNL – Centre national du livre. 280 p. / 20 €

Disponible en librairies (DOD&Cie – Daudin Distribution) et sur le site des éditions.

« Le barrage verboie »

En 2018, j’eus le désir de composer un poème-livre sur le Mékong. J’habitais à Singapour. Non seulement le bassin versant est une unité pertinente pour penser l’organisation géographique des territoires, mais le fleuve (dans lequel, c’est bien connu, on ne se baigne pas deux fois) articule identité et différence en poussant son flux dans de multiples paysages.

Le Mékong, qui ne traverse certes pas Singapour, est un immense objet ; il m’a semblé judicieux de prendre mes marques avec un projet miniature, une sorte de maquette. C’est ainsi que j’ai composé BUMBOAT, une descente en dix chants de la Singapore River, qui serpente sur quelques kilomètres dans Singapour et dont les quais formaient l’ancien port (le livre paraîtra début 2022).

Depuis que je suis revenu vivre en Europe, le Mékong est redevenu un fleuve exotique dont je ne risque plus de voir de sitôt les méandres. Mais j’ai emménagé voilà un an au bord du Rhône, devenu par le fait l’objet de mes investigations. En février, invité par le Castor Astral à la Maison de la Poésie, j’avais lu le chant 2 et des extraits du chant 4. Hier soir, j’ai lu au même endroit le chant 6 (« Le barrage verboie ») de ce poème que j’ai appelé L’AMOUR DU RHÔNE.

Avant et après moi sur la scène vous pourrez entendre Lisette Lombé, Laure Gauthier, Jacques Demarcq et Michèle Métail.

.

.