vers la boucle

Les épopées de jadis, loin d’être composées par un plumitif en week-end, bercé par le ronronnement de son ordinateur, étaient, issues d’un fonds culturel commun – imaginé par personne en particulier, mais repris, travaillé, déformé par plusieurs ou par tous – des oeuvres protéiformes. De la même manière elles ne s’adressaient pas aux contours, définis par les soins d’une étude de marché, d’un individu isolé ayant perdu un livre au milieu de son caddie, mais à un peuple. Puisque les dispositifs que nous offre Internet donnent une occasion de lancer ou de relancer, sinon ce fonds païen qui nous est à jamais perdu, au moins des façons de créer, ensemble, des oeuvres polyphoniques et hypertextuelles, disjonctant et se synthétisant en même temps, nous avons décidé, à six exemplaires de ce que l’on nomme peut-être des poètes, de nous mettre au travail. Aussi trouverez-vous sur vers la boucle les avancées de ce texte plein de textes, fait de branches, de reprises et de bifurcations, qui voudrait poser à nouveau frais la question du lyrisme et de l’expérimental ensemble, écrit en commun et croissant par périodes de deux semaines, dépersonnalisé, personnel – avec A Bréa, CM Briseul, M Brosseau, G Condello et C Manon.


Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s