D’autres bombes

Ancien communard devenu boulangiste, Achille s’essaie à l’épopée nationale pour pénétrer dans les salons du Paris fin de siècle. Les membres de ce petit monde, eux, regroupés autour du poète Mobiusse, assistent avec admiration aux attentats anarchistes qui frappent Paris. Nous sommes fin 1893, juste avant l’affaire Dreyfus. Dans « D’autres bombes » (début de la deuxième partie de Commune mémoire), que publie l’Arsenal en sa cinquième livraison, poésie et politique se rencontrent, passent l’un dans l’autre, et s’explosent au visage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s