2000

Quand vint la fin de tout. Chacun fit vœu de pauvreté.

C’est ainsi que l’on vit s’éloigner, frémissantes, leurs chandelles : ceux parmi les fidèles dont la foi résistait, irréductible aux vérités binaires des machines, s’enfonçaient là dans l’autre, insignifiants deux par deux en se donnant la main, formant les processions interminables, des pantins rejoignant le néant… Pleuraient-ils ou se réjouissaient-ils ? Qu’importe : ils croyaient. Nous autres demeurâmes, éclairés par la lumière blanche des écrans – ça n’était que des nœuds – en attendant qu’ils nous étouffent, pensions-nous, qu’ils nous résolvent. Mais comme les nœuds craquèrent, comme la Terre était ronde, nous fûmes condamnés à nous trouver encore, encore, nous qui n’avions plus rien, eux qui n’étaient plus que des restes, et nous nous reconnûmes honteux, chacun

dans son costume de mots trop grands. On recommencera, glissèrent-ils.

(extrait des Gestes impossibles, à paraître en octobre chez Flammarion.)

Publicités

Une réflexion sur “2000

  1. Merci, cher Pierre, pour cette narration par images : une bande dessinée ! Mais je n’ai pu accéder au numéro de la revue, il fallait passer par Outlook, mot que, jusqu’ici, je n’avais rencontré que dans une lettre de ma sœur me disant qu’elle était restée longtemps sans pouvoir accéder à sa messagerie mails et qu’il lui avait été difficile de la retrouver, je me méfie donc ! Bien à toi, François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s