Derek Walcott, Omeros, I, V, 2.

Des coéquipiers, non. Des copains, des camarades. Compagnons d’armes.
Ils faisaient la croix, mains sur les heaumes, la mitraillette du Messerschmitt
piquetait comme une machine à coudre, en staccato, les palmiers nains

alignés en haut de la tranchée. Lui tirait. De nouveau
Tumbly le tira au sol : « Baisse-la ta caboche, bon sang ! »
Scott courait vers eux en riant, mais la seule chose

marrante, dans son cas, c’était que l’un de ses coudes
avait paumé le reste du bras. Il se dégingandait
autour de son moignon, imitant le salut Boche ; et, comme

son étonnement passa, ses genoux lâchèrent et il tomba
bouche ouverte dans un sourire. Je me retournai vers Tumbly dont les yeux
étaient ouverts mais inertes ; et un bruit horrible

nous fit tous décoller du sable et j’imagine que c’est là
que je fus touché, mais j’ai perdu la mémoire
des mois durant, par malheur. Oh oui ! Cette histoire

des yeux de Tumbly. Le ciel, dedans. Le rire de Scottie.
Raconte-leur ça au Victoria, au milieu du bruit
des glaçons carillonnant et des demis de pression écumante.

Cette blessure que j’ai cousue dans le personnage de Plunkett.
Il se devait d’être blessé, l’affliction étant l’un des thèmes
de cet ouvrage, de cette fiction, puisque tout « je » est une

fiction, au bout du compte. Narrateur fantôme, recommence donc :
Tumbly. Trous bleus de ses yeux. Et Scottie plus sage
une fois le choc passé. Hommes ordinaires. Sans génie. Sans classe.

A travers les arches mauresques de la cour de l’hôpital,
avec un nuage enturbanné autour de sa tête comme s’il était un Arabe,
il vit le bleu Méditerranée, puis Maud

allongée sur le dos, en haut de la falaise, et le bâtiment
du Transport de Troupes, assez loin, au mouillage. Un départ de deux jours
avant d’embarquer vraiment, et il pensa que jamais plus

il ne la reverrait – mais que si c’était le cas, ce serait une vie différente
qu’il faudrait se fabriquer, dès lors que la guerre serait finie,
et même si ça durait encore dix ans, pour peu qu’elle puisse l’attendre,

pas sur la falaise herbeuse mais quelque part sur l’autre
face du monde, quelque part, où il y aurait des îlots baignés de soleil,
où ce qu’ils appelaient l’Histoire n’aurait aucune chance d’advenir. Où ?

Où donc ce monde pouvait-il faire renaître l’innocence de
la Méditerranée ? Elle avait bien mérité l’Eden après cette guerre.
Au-delà de cet îlot il y avait la Bataille des Saintes.

La Vieille Maud était rouge comme une rose de Chine ; jadis ses cheveux
étaient dorés comme une chope de flammes, et maintenant
elle tendait hors de sa nuisette un bras, armé d’un plan. « C’est une

carte des Seychelles, quelque chose comme ça. » « Oh, mon amour, non ! »
« Tu es ma rose de Chine, ma couronne, ma raison d’être, mon honneur,
mon lys blanc du désert, la reine pour laquelle je combats. »

Parfois fondait sur elle, toujours le même, un désir mélancolique
de revoir l’Irlande. Lui reposa son verre dans le sous-boc rond comme
une belle alliance. Ne manquait rien qu’un fils.

Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s