Paramin !

paramin

Actes sud publie, ces jours-ci, Paramin, un beau livre où se font face, se répondent, s’élucident et se contestent poèmes de Derek Walcott et tableaux de Peter Doig. L’édition en a été soigneusement assurée par Harry Jancovici, et la traduction en français par moi-même.

En voici un extrait (p. 8-9), le tableau de Peter Doig suivi par le poème de Derek Walcott :

3La maison de l’architecte dans le ravin

Sa peine est celle de l’écrivain – scribouille, scribouille
mais puisque rien, jamais, n’est juste : efface.
Jusqu’à revenir à la page blanche, sa première syllabe
filant comme un bouvreuil à travers la carte de l’Asie
c’est le jardin de cette maison, aussi bien.
La neige commence à s’accumuler au premier mot
et s’accumule en chapitres et on ne l’entend jamais ;
derrière ces congères écumantes il y a une maison
aux carreaux rayés, constamment en train de sonder
sa valeur de maison, nous ne savons pas à qui elle est,
mais son évidente robustesse en fait une bénédiction.
Pourquoi ne pas attendre que la neige finisse de tomber,
que cesse la tempête de biffures, pour sonder en nous-mêmes,
et vérifier que notre jouissance n’est atténuée
dans cette maison qui cache nos secrets de petit garçon
ni par la joie ni par la férocité de la tempête ?

Derek Walcott & Peter Doig, Paramin, Actes sud beaux livres, trad. fr. P. Vinclair

Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s