Sylvia Plath, « Berck-Plage » (II)

Suite de la tentative de traduction de « Berck-Plage » de Sylvia Plath (premier mouvement ici ; original en anglais )

(II)

Cette botte noire, elle n’a de pitié pour personne,
Pourquoi en avoir, c’est le corbillard du pied de papa,

Le pied haut, mort et sans orteils de ce prêtre
Qui sonde la profondeur de son livre,

L’impression pliée boursouflant devant lui comme un spectacle.
Des bikinis obscènes se cachent dans les dunes,

Poitrines et hanches, une sucrerie de confiseur
Faite de petits cristaux, titillant la lumière,

Tandis qu’un bassin vert ouvre l’œil,
Rendu malade par ce qu’il vient d’avaler —

Des membres, des images, des hurlements. Derrière les bunkers en béton,
Deux amoureux décollent leurs lèvres.

Ô blanche vaisselle de mer,
Que de soupirs à ravaler, que de sel dans la gorge….

Et le spectateur, tremblant,
Comme une longue substance étirée

Dans une virulence immobile,
Et l’adventice, velue comme le sont les troufions.

Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s