Sylvia Plath, « Barck-Plage » (III).

Voici la suite de Berck-Plage (I) et Berck-Plage (II)

(III)

Aux balcons de l’hôtel, les choses scintillent.
Choses, choses —

Fauteuils roulants en acier tube, béquilles d’aluminium.
Un goût sucré de sel. Pourquoi devrais-je marcher

Plus loin que la digue tâchetée de bernacles ?
Je ne suis pas infirmière, en blanc et à disposition,

Ne suis pas sourire.
Ces enfants cherchent quelque chose, à coup de  crochets et de cris,

Mais mon coeur est trop petit pour soigner leurs terribles fautes.
Voilà un flanc d’homme : des côtes rouges,

Des nerfs qui éclatent comme les arbres, et là un chirurgien :
Le miroir d’un oeil —

Une facette de la connaissance.
Sur un matelas rayé dans une chambre

Un vieil homme disparaît.
Sa femme en larmes n’y peut rien.

Où sont les yeux de pierres, jaunes, précieuses,
Et la langue, un saphir de cendres.

Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s