John Berryman, « Chanson en rêve 22 : de 1826 »

Ici le poème original

Je suis le petit gars qui clope & clope.
Je suis la fille qui sait mieux mais.
Je suis le roi de la piscine.
Je suis si sage que j’eus la bouche cousue.
Je suis un fonctionnaire & un putain de débile.
Je suis une lady qui encaisse les blagues.

Je suis l’ennemi de l’esprit.
Je suis le vendeur d’autos qui vous aíme.
Je suis un cancer pour adolescents (j’ai un plan).
Je suis l’homme qui pète un cable.
Je suis la femme forte comme un zoo.
Je suis deux yeux vissés au tout, qui est aveugle.

C’est le quatre juillet.
Quête : tandis que l’homme agonisant,
par toi prédestiné, créateur qui pardonnes,
dit dans un halètement « Thomas Jefferson, lui, n’est toujours pas mort »
en vain, en vain, en vain.
Je suis Henri Minou ! J’ai les moustaches qui prennent le vent.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s