LGR, # 58. Rustaud !

Retour à la page du feuilleton

Rustaud, avec ton air frustre,
__emballeur de frusques, commerçant de soie,
tu n’es pas venu me vendre ta soie :
__tu es venu m’enrôler dans tes plans :
« Bébé, ensemble on va traverser la Qi,
__on va aller jusqu’au Mont Dun.
Il ne faut pas que tu attendes trop longtemps,
__ma petite, tu n’as pas de bon entremetteur.
Ne te mets pas en colère, bébé,
__tout se passera avant l’automne. »

Moi, j’ai grimpé sur le mur croulant
__pour y observer les montagnes,
Et je n’ai rien vu venir,
__j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps…
Soudain, j’ai vu quelque chose,
__alors j’ai ri, et j’ai crié :
« Ô Divinations ! Augures !
__vous ne m’avez pas induite en erreur !
Car Ô ! Le char qui arrive,
__il apporte mon trousseau ! »

______Quand elles ne sont pas encore tombées,
________les feuilles du mûrier sont si douces.
______Ah, tourterelle,
________ne va donc pas manger pas ces mûres !
______Ah, mon aimée,
________ne fréquente donc pas les hommes !
______Que les hommes se négligent,
________on le comprend aisément.
______Mais qu’une fille se néglige,
________ça n’est pas explicable !

Quand vient le moment de tomber,
__les feuilles du mûrier, elles jaunissent.
Depuis que je t’ai rejoint,
__nous avons vécu trois ans de misère.
Les eaux de la Qi montent, montent,
__elles mouillent les tentures du char.
Une femme, ça ne manque pas sa parole,
__c’est l’homme qui est duplice !
L’homme, qui ne sait rester droit,
__avec sa morale double et triple !

Trois ans, je fus ta femme
__passés à récurer la chambre —
Tôt levée, tard couchée,
__n’ayant pour moi un seul matin…
Depuis que nous vivons ensemble,
__je dois supporter tes violences.
Mes frères, eux, n’en savent rien,
__ils se moqueraient bien de moi !
Je veux penser, parler, au calme
__et me lamenter sur moi-même.

Nous devions vieillir ensemble,
__Mais l’âge a augmenté ma colère.
Il y a des berges même pour la Qi,
__et des digues pour les marécages…
Quand j’avais encore mes couettes,
__ta voix, ton rire me célébraient !
Fidèle aux promesses de l’aurore,
__je ne pensais pas que tu reviendrais dessus.
Tu en es revenu ; n’y pensons plus.
__Maintenant, c’est fini.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s