Louis Zukofsky, « A »-7, # 2

Suis sur le perron, là, assis, quoique personne
Me l’ait demandé, ni à toi qui n’es pas là,
Un panneau – LAVERIE – (grince – au vent) – LE SOLEIL –
(Nuits ?), du soleil, frangin, arriérés de quel mois ?
D’ac’ – mais ni crinière ni trot ? Au cul, au cul
De la Terre, harpe-oiseaux, deux crinières par couple
D’oiseaux, chacun un mot, un boyau continu,
Au trot – ? Pas de cheval ici, pas là non plus ?
Que tu dis ! Lors je – roulez pour moi, chants ! On va
Faire un cheval en bois, reconnu à nos mots –
Pas ça – neuf moins deux ! – autant que ça nous prendra
Pour rendre à l’homme mort un visage écarlate,
Habillé pour monter et pour tourner en rythme
Sur des trotteurs – dans les vergers, (changez !) oiseaux.

Advertisements
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s