L’épopée après l’amour

La revue de théorie littéraire Fixxion consacre son numéro 14 à la question de l’épique dans les romans de ces trente dernières années. Au milieu d’articles se penchant sur le cas des littératures africaines, des romans de Patrick Deville, de Maylis de Kérangal ou de Mathias Énard, on pourra lire ma modeste contribution. J’y argumente l’idée, un peu saugrenue a priori peut-être, que l’on peut lire le cycle récent des livres d’Emmanuel Carrère comme une épopée. Contre une approche taxinomique du genre littéraire (une épopée serait un texte possédant certains traits caractéristiques), je montre que le texte s’y constitue comme un effort pour déterminer la valeur politique de l’amour après l’échec des deux promesses chrétienne et soviétique : c’est par ici.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s