Coucher avec la muse d’un autre

MuseLa poésie est impossible à traduire, on le dit souvent. Mais en même temps, que peut-on bien faire d’autre avec un poème écrit dans une langue étrangère, qu’essayer de le traduire ? La revue en ligne Acta fabula publie ce mois-ci un essai critique de ma blanche main sur La Seconde profondeur de Christine Lombez, ouvrage dans lequel elle interroge les tenants et les aboutissants de la traduction de poésie par les poètes, et offre une savoureuse anthologie de leurs positions critiques. J’en profite pour avancer dans son ombre quelques éléments, tirés de ma modeste et courte expérience de traducteur. À lire ici.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s