Teo Kah Leng, « Sous le champaca »

Teo Kah Leng (1909-2001) était le frère de Francis P. Ng.

Le champaca était en fleurs
__Et la nuit était parfumée,
Et l’obscurité apaisante
__Sous les étoiles qui brillaient.

Une jeune fille et son amant,
__S’asseyaient près du champaca,
Ils se chuchotaient leur amour
__Et oh ! comme elle était heureuse.

Et sous les cieux qui scintillaient
__En face de ses yeux rêveurs,
Le futur traçait la vision
__D’un paradis qui l’accueillait.

Soufflant de joie, elle nommait
__Le champaca : arbre d’amour, —
Les étoiles clignant aux cieux :
__Oeillades des fées de là-haut.

Ce soir, il est aussi en fleurs,
__Les étoiles allument le ciel;
Elle est assise dans le noir
__Parfumé, — personne à côté.

Ce calme, si exaspérant !
__Et ce coeur, d’un chagrin si noir !
Aucune vision du bonheur,
__Ses yeux n’entrevoient que la tombe.

L’amour : un fantôme, riant
__À l’excès, d’une joie impie,
Ou alors, un beau pontaniak
__Qui hante le haut champaca ?

Teo Kah Leng, I found a bone and other poems, Ethos Books, 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s