Shijing, 128. Un petit char

Sur le petit char de guerre —
__cinq nœuds de rubans, timon en biseau,
Volant mobile, courroies latérales,
__harnais crochetés à la sellette dérobée ;
Coussins brodés, moyeux très longs,
__tracté par mes mouchetés et pies.

Je pense à mon amour
__chaleureux comme le jade.
Resté dans la cabane en bois,
__et mon cœur n’est qu’un nœud d’angoisse.

Quatre gros mâles vigoureux,
__tenus par six rênes dans la main.
Cheval pie et robe noire au centre,
__moucheté et pangaré sur les côtés.
Boucliers ornés de dragons,
__rênes intérieures à boucles d’argent.

Je pense à mon amour
__chaleureux, au village.
Quand nous retrouverons-nous là-bas ?
__J’y pense tant et tant !

Chevaux à cuirasse légère, en harmonie,
__lances triangulaires aux pointes d’argent,
Larges boucliers couverts de fleurs,
__carquois en peau de tigre, poitrails ornés,
Fourreau contenant deux arcs
__aux branches de bambou liés par la corde.

Je pense à mon amour,
__quand je me couche, quand je me lève.
Mais quand l’homme bon ne s’en fait pas
__le bruit de sa vertu se répand.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s