181. Les Oies sauvages

Il s’agit de la traduction d’un poème du Shijing

Les oies sauvages s’envolent,
__leurs ailes font swoush swoush.
Ces jeunes gens, loin de chez eux,
__travaillent d’arrache-pied dans les champs.
Soyons-leur en reconnaissants :
__ils le font par pitié des veuves, des veufs.

Les oies sauvages s’envolent,
__s’assemblent au milieu des marais.
Ces jeunes gens, préposés aux murs,
__en ont bâti plusieurs centaines.
Certes, ils ont travaillé d’arrache-pied, —
__on étudie maintenant au calme des maisons.

Les oies sauvages s’envolent,
__poussant un mélancolique « ao ao ».
Les hommes sages
__diront que j’ai travaillé d’arrache-pied ;
Les imbéciles
__que j’ai manifesté mon arrogance.

Publicités
Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s