Entretien Trousp

Dans cet entretien pour la chaîne Trousp je suis amené, grâce aux questions précises et pertinentes de Christian Ciocca, à parler de ma découverte de Denis Roche et Jude Stéfan à l’adolescence, du poème comme énergie et de sa sauvagerie, des contraintes et secrets de L’Éducation géographique, de Perec, du poème comme pensée-en-forme et comme tableur Excel, du scepticisme, du sens comme personnage (parmi d’autres) d’un drame, du Rhône, de l’adresse, du lecteur comme voyeur et du triangle du désir, de comment le poème philosophe, de l’universalité par la bande et par surcroît, de comment résoudre des problèmes de traduction avec des compétences de poète, du traduire comme un écrire sous contraintes, et du rejet comme ébouriffage du poème…

.

.

L’Éducation géographique en vidéo

L’édito du dernier numéro de Catastrophes concerne la question de la performance. Je l’ai écrit tout en préparant la soirée de lecture du 18 janvier, à la Maison de la poésie, pour le lancement de l’Éducation géographique : la théorie n’est qu’une lampe de poche pour la pratique. Elle éclaire, mais c’est la pratique qui fixe dans quelle direction.

Vous pouvez retrouver la captation de cette belle soirée sur Youtube. Voici le sommaire :
– 00’00 » : Introduction
– 02’35 » : L’Amour du Rhône, 1 (lecture par PV)
– 07’12 » : Olds à Penang (lecture par Julia Lepère)
– 23’20 » : L’Anti-Ulysse (lecture par Guillaume Condello)
– 31’05 » : À l’origine (lecture par PV)
– 39’45 » : À Ayumi (lecture par GC et PV)
– 44’19 » : L’Amour du Rhône, 4 (lecture par PV)
– 53’15 » : Entretien avec Martin Rueff

.

.

.

.

.

.

Et ainsi de suite

Manou Farine m’a accueilli dans « Poésie et ainsi de suite » sur France Culture, à l’occasion de la parution de l’Éducation géographique.

On a parlé de lieux, de carnets, de formes, du rapport de la Reine des neiges (désolé !) à Emily Dickinson, mais aussi de Coltrane, de fleuves, de l’adresse comme plan à trois, des pensées qui partent à vau-l’eau — bref, d’une petite partie de ce qui compte.

Vous pouvez réécouter l’émission, qui est en ligne, sur ce lien.

.

.

.

.

Le Rapt de la boucle

Hier est paru Le Rapt de la boucle (éditions Les Belles Lettres). C’est une nouvelle traduction de The Rape of the Lock (1714), qui fut, comme le rappelle l’étude substantielle de Guillaume Métayer qui ouvre le livre, l’un des poèmes anglais les plus traduits en français au XVIIIe siècle, et, par là même, un texte qui exerça une grande influence sur notre littérature, du libéralisme de Voltaire à l’érotisme de Crébillon fils. Dans cette épopée en cinq chants, Alexander Pope (1688-1744) se moque autant des mœurs frivoles des courtisans que des postures poétiques à la mode. Mais au-delà de sa dimension parodique, c’est surtout un remarquable poème héroï-comique, dont ma traduction essaie de rendre la drôlerie comme la beauté.

.

.

.

Revue de presse & lecture

Quatre articles ont paru sur L’Éducation géographique récemment :
« L’épopée Vinclair » de Claude Vercey dans Décharge
« Inépuisable ! » la critique de Georges Guillain sur le blog des Découvreurs
La critique de Stéphane Bataillon  dans La Croix Hebdo
.
Par ailleurs vous trouverez sur ce lien l’enregistrement de la soirée du 18 janvier dernier, à la Maison de la poésie de Paris. Julia Lepère, Guillaume Condello et moi-même lisions des chants de l’Éducation géographique. À cette lecture a succédé un entretien avec Martin Rueff.
Voici le sommaire de la soirée :
– 00’00 » : Introduction
– 02’35 » : L’Amour du Rhône, 1 (lecture par PV)
– 07’12 » : Olds à Penang (lecture par Julia Lepère)
– 23’20 » : L’Anti-Ulysse (lecture par Guillaume Condello)
– 31’05 » : À l’origine (lecture par PV)
– 39’45 » : À Ayumi (lecture par GC et PV)
– 44’19 » : L’Amour du Rhône, 4 (lecture par PV)
– 53’15 » : Entretien avec Martin Rueff
.
.
.
.