L’Empereur On-ne-sait-quoi (suite et fin)

Hon-Seki Croqui03 PieR GajewskiVous pouvez lire sur Poezibao la quatrième et la cinquième partie du grand entretien mené par Matthieu Gosztola à l’occasion de la sortie de L’Empereur Hon-Seki :

4. « Avec » et

5. « Les images ».

Retrouvez l’intégralité de l’entretien en version pdf : L’Empereur On-ne-sait-quoi dialogue avec les images

Illustration : PieR Gajewski

Publicités

L’Empereur On-ne-sait quoi…

Hon-Seki Croqui05 PieR GajewskiÀ partir d’aujourd’hui et en feuilleton, Poezibao publie « L’Empereur On-ne-sait-quoi dialogue avec les images », un grand entretien réalisé par Matthieu Gosztola à l’occasion de la parution de L’Empereur Hon-Seki. Il y est question du Japon et de la ponctuation, de ses résidents et de la Villa Kujoyama, du conte, de l’épopée et des images institutrices, du capitalisme des identités et – cela va sans dire – de l’origine du chaos.

Premier épisode : « L’Empereur ».

Illustration de PieR Gajewski

Kojiki dans CCP

Alors que Le corridor bleu a imprimé un second tirage de notre Kojiki, voici le compte-rendu de Matthieu Gosztola dans les Cahiers Critiques de Poésie. Merci à lui !

Le Kojiki est un ensemble de légendes disséminées dans le Japon ancien. L’empereur Temmu en commanda la compilation orale, puis il fut offert à l’impératrice Gemmei, après rédaction, en 712. « De même qu’Orphée, lorsqu’il se retourne vers Eurydice, […] rompt le pouvoir du chant, trahit le rite et oublie la règle, de même il faut qu’à un certain moment l’écrivain trahisse », face à « Eurydice qu’il veut voir et non plus chanter », affirme Blanchot. Pour voir Eurydice, Vinclair s’attache, se coupant du littéral, à moduler librement et précisément un rythme qui ouvre sur le vertige de l’intemporel, usant pour plus de vision du pouvoir d’évocation des noms qu’il traduit systématiquement. Le lecteur se trouve durablement saisi par ces histoires qui défilent devant lui dans la souplesse d’une peinture maniée au couteau, non sèche : « Ainsi le prince Lumière fut-il condamné aux eaux brûlantes de Commençant. ».

Matthieu Gosztola